Votre chien détruit tout chez vous ? Pourquoi votre chien est-il destructeur ?

C’est devenu une habitude : chaque fois que vous rentrez du travail, votre compagnon vous réserve des surprises… Votre chien est destructeur. Il est temps de vous poser les bonnes questions et surtout d’y répondre sans plus tarder.

Sommaire

Existe-t-il des races de chiens destructeurs ?

Comment éviter que mon chien devienne un chien destructeur ?

L’ennui et le chien moderne. Que peut-on raisonnablement demander à nos chiens ?



Existe-t-il des races de chiens destructeurs ?

La destruction n’est pas caractéristique d’une race. Elle n’est pas un comportement génétiquement programmé. Nous savons aujourd’hui que le comportement du chien (et probablement de la plupart des êtres vivants) est directement impacté par l’environnement. Un chien n’est donc pas destructeur, il devient destructeur. Lorsque votre chien s’en prend à votre mobilier, il est nécessaire d’analyser la situation et de comprendre les besoins que votre chien tente d’assouvir.

Ainsi, un chiot ressent-il le fort besoin de mordiller lorsque ses gencives le font souffrir. Si vous ne mettez pas à sa disposition de quoi assouvir ce besoin, il le trouvera par lui-même. Certes, cela fait de lui un chien destructeur mais le problème est relativement simple à régler : donnons-lui de quoi faire ses dents.

Les deux sources les plus communes de la destruction sont d’une part l’ennui et d’autre part l’anxiété ou le stress. Ce que nous pouvons résumer par la solitude. Notre mode de vie actuel ne permet pas toujours de couvrir les besoins éthologiques de nos chiens. Combien de chiens restent-ils seuls durant une période dépassant les six heures ? Beaucoup !Beaucoup trop. Six heures devraient être un maximum, or, il n’est pas rare de constater des absences du propriétaire allant jusqu’à huit, neuf et parfois dix heures. Si tel est votre cas, vous devez impérativement trouver le moyen d’écourter cette période de solitude. Cela peut passer par une nouvelle organisation personnelle ou bien par l’aide d’un voisin, d’un ami, d’un parent ou encore d’un étudiant que vous pourrez rémunérer sans gréver votre budget. Il est vital pour votre chien de voir un humain au milieu de cette période d’absence. Idéalement, la personne mandatée pourra sortir le chien, ce qui serait un soulagement pour lui. Car outre l’ennui, votre chien doit se retenir d’uriner pendant huit heures. Ce n’est pas acceptable. Une visite dans la journée reste donc la meilleure solution.



Comment éviter que mon chien devienne un chien destructeur ?

Premier rappel : votre chien est un animal grégaire. Traduisez : il vit en groupe. Lorsque certains chiens retournent à l’état sauvage (ou presque) ils se regroupent. Le groupe est un composant de leur équilibre mental et donc de leur santé. Lorsque l’un de ces chiens se conduit mal et finit par agacer le groupe ou le déstabiliser, il risque l’exclusion, le bannissement. La solitude imposée est donc une punition chez les chiens. Lorsque vous allez au travail et que vous n’emmenez pas votre compagnon, il a du mal à comprendre que vous le faites pour pouvoir acheter à manger comme on l’explique aux enfants parfois. Le chien, lui, ne connaît rien de notre monde. Dans le sien, on forme un groupe et on reste ensemble. Rester seul est une torture. Pour autant, il va bien falloir habituer notre chien à gérer ces moments de solitude et ses émotions. Pour la plupart, nos chiens parviennent assez vite à se calquer sur nos modes de vie. Pour d’autres, et selon leur passé, les choses sont compliquées. Un chien hyper attaché par exemple va difficilement gérer vos absences. Attention, l’hyper-attachement est souvent généré par le maître lui-même. Typiquement, le chiot arrive en période de vacances ou de confinement par exemple. On passe tout notre temps avec lui et d’un coup, le travail et ses horaires s’imposent et le chien ne comprend pas que vous le laissiez. Il risque fort de saccager la porte à votre départ.

Pour éviter cette montée d’angoisse qui va dériver en anxiété chronique, vous devez impérativement habituer votre chien, à rester seul, mais par étapes. Mettez votre manteau et sortez une minute puis revenez. Mettez votre manteau mais finalement ne sortez pas. n’instaurez pas de rituels liés à vos sorties ni aux siennes. Par ailleurs, il va falloir occuper votre chien pendant vos absences, car l’ennui génère l’angoisse. La mastication est une façon d’occuper votre chien. L’idée la plus simple est bien sûr de lui laisser un jouet. Voir ici comment choisir le meilleur jouet. Ensuite, un Kong rempli d’une pâtée odorante, puis laissé au congélateur et donné au moment du départ va occuper le chien un certain temps. Mais ensuite ? l’idée est alors de transformer votre appartement ou votre jardin en un lieu sensoriel et attrayant. Cachez dans des cartons ou des vieilles trousses des bouts de saucisses très odorantes. Cachez-en plusieurs et à des hauteurs différentes (sous une table, ou accrochés à une porte). Si votre chien reste dans le jardin, c’est encore plus facile. Cachez les choses dans les buissons ou accrochés à des branches de manière à ce qu’il puisse s’en saisir. Rendez votre jardin attrayant. Souvenez-vous qu’il en connaît toutes les odeurs. Voilà pourquoi il s’ennuie. Renouveler régulièrement les parfums du jardin est une bonne façon d’éviter l’ennui du chien.

L’ennui et le chien moderne. Que peut-on raisonnablement demander à nos chiens ?

Nous l’avons vu, demander à un chien de nous attendre durant huit heures est extrêmement difficile pour lui. Nous ne nous rendons plus compte que nos chiens sont vivants, que nous soyons présents ou absents. Les besoins éthologiques du chien sont nombreux et parmi eux : le besoin d’explorer, le besoin de communiquer, le besoin de réfléchir, le besoin d’appartenance, le besoin de reconnaissance etc. Chaque jour pendant huit heures, le chien qui est laissé seul ne peut pas assouvir ces besoins et d’autres encore. Nous demandons des choses impossibles à notre compagnon en espérant qu’il ne présentera pas de mauvais comportements ou de pathologies psychologiques. La solution est d’abord de se pencher sur la liste de ces besoins et de vérifier qu’ils sont couverts par ce que nous mettons en place pour lui.

Le chien destructeur est le plus souvent un chien en déficit de l’un de ces besoins. Il n’y a pas de solution miracle à la destruction. Il y a simplement des besoins à prendre en compte. Lorsque nous rétablissons l’équilibre entre les besoins du chien et ce que nous lui fournissons, les anxiétés et les destructions qui en découlent disparaissent le plus souvent.