Que cache l’expression chien agressif ?

Le CNRTL (centre de ressources textuelles et lexicales) donne agressif la définition suivante :

Agressif : qui est naturellement porté à attaquer, ou à quereller les autres sans y être préalablement soi-même provoqué.

Sommaire

L’agression contextuelle

Chien réactif

Comment faire évoluer le chien réactif ?

Les raisons qui poussent un chien à être réactif.

L’agression contextuelle

Cette définition du mot agressif est juste du point de vue lexical, mais certainement pas du point de vue comportemental. L’agression du chien est, en effet, toujours contextuelle et il est crucial de poser cet état de fait. Qui dit contexte, dit également stimulus. Votre chien se montre agressif quand il croise un autre chien, cette même présence est déjà un stimulus qui provoque votre chien. Ce n’est pas acceptable, bien sûr, mais cela révèle un dysfonctionnement chez votre chien.

Pour cette raison, nous utiliserons désormais l’adjectif « réactif » plutôt qu’agressif. Un chien sera donc réactif congénères ou humains. Il réagit de la mauvaise manière et nous devons trouver pourquoi.

Dans cet article, nous mettons de côté les causes médicales et toute pathologie cérébrale susceptibles de modifier le comportement du chien. Toutefois, vous devez toujours garder à l’esprit, que si votre chien se montre réactif quand vous avancez vers lui, il vous prévient peut-être qu’une douleur le fait souffrir et il a peur que vous le manipuliez. Le chien grogne ou mord pour avertir et tenir à distance, s’il est blessé ou atteint dans son intégrité.

Première conclusion : un bilan vétérinaire est toujours un bon début dans une démarche de correction comportementale.



Chien réactif

Avant de poser la question : comment faire si ? Il est parfois utile de se poser la question : pourquoi ? Le chien n’est pas une machine que nous pouvons régler. Pour modifier son comportement, nous devons faire évoluer sa cellule de vie. La réponse à la question du pourquoi va nous renseigner sur les raisons de cette réactivité. Quel a été le passé de votre chien ? A-t-il subi des violences ? Vient-il d’un refuge ? Ces points sont importants pour connaître les points qui seront à désensibiliser. Néanmoins, la thérapie comportementale qui sera mise en place sans connaître le passé du chien. Dans tous les cas, nous devrons procéder par paliers et ne jamais forcer le chien à aller vers un individu. Tenez compte de la bulle spatiale mise en place par le chien lui-même. Si le chien grogne à trois mètres d’un individu, travaillez à quatre ou cinq mètres. L’idée est simple : un chien en stress ne retient rien, n’apprend rien. Il est de votre responsabilité de ne pas le laisser dans une zone émotionnelle trop intense. Le travail de désensibilisation commence quand le chien est soumis à un stimulus extrêmement faible en intensité.

Comment faire évoluer le chien réactif ?

Soyez patient et soyez observateur. Vous devrez accompagner votre chien sur le difficile chemin de la résilience. Chaque situation que vous allez lui faire vivre doit absolument être positive. Si a contrario, vous disputez votre chien parce qu’il grogne ou aboie sur un autre chien, il va finir par associer la dispute et le congénère. Pour lui : l’autre chien est responsable de votre mécontentement. Il va donc renforcer son agression.

A l’inverse, vous devez observer chaque progrès présenté par votre chien. Par exemple : vous remarquez qu’un chien se dirige vers vous ? Amenez votre chien à l’écart pour éviter qu’il monte en pression. Appelez votre chien pour qu’il se connecte à vous et se déconnecte du chien. S’il vous regarde, ne serait-ce qu’une seconde, renforcez avec une voix enjouée ou une friandise. Emmenez votre chien avec vous, en courant comme pour vous rendre à une fête et faites lui oublier l’autre chien. Puis renforcez encore une fois, félicitez-le d’être venu avec vous. Ce processus est long, mais va permettre à votre ami de ne plus se crisper à chaque rencontre.

Petit à petit, vous allez réduire la zone émotionnelle. Vous pourrez croiser des chiens ou des humains de plus en plus près, mais ne soyez pas pressés, prenez votre temps. Chaque fois que vous irez trop vite, vous ferez régresser votre chien. Souvenez-vous qu’il ne doit vivre que des expériences positives.

Les raisons qui poussent un chien à être réactif.

Une enfance perturbée durant laquelle, la mère de votre chien, n’a pas pu enseigner les codes canins peuvent expliquer une vive réaction envers les chiens. Une succession de mauvaises expériences expliquent aussi une aversion. Par exemple un chiot attaqué deux ou trois fois par des gros chiens se montrera agressif par peur dans l’avenir. La meilleure défense étant l’attaque, il sera réactif à chaque fois qu’il croisera un chien susceptible de lui rappeler ses premiers agresseurs. Concernant la réactivité à l’homme, là aussi, le passé expliquera beaucoup de choses. Un chien qui a vécu loin de l’homme et qui n’a pas été familiarisé à l’humain peut se montrer méfiant et réactif. Un chien frappé par l’homme va évidemment se montrer réactif lui aussi.

Quelles que soient les raisons de la réactivité du chien, une thérapie s’impose. Elle est longue le plus souvent. Elle nécessite surtout votre investissement en terme de temps, mais également d’argent si vous faites appel à un comportementaliste professionnel pour vous aider.